lista de correosrecibe automaticamente las actualizaciones a tu correosiguenos en tuitersiguenos en facebook siguenos en youtube

enlaceZapatista

Palabra del Ejército Zapatista de Liberación Nacional

May152015

Commandante Miriam

Commandante Miriam

7 mai 2015

Bonsoir compañeras et compañeros.

C’est à mon tour de vous parler un peu de comment était la situation des femmes avant 1994.

Depuis l’arrivée des conquistadors, nous avons souffert la triste situation des femmes. Ils nous ont volé nos terres, ils nous ont enlevé notre langue, notre culture. C’est comme ça qu’est arrivée la domination du caciquisme, des propriétaires terriens, et que sont arrivées la triple exploitation, l’humiliation, la discrimination, la marginalisation, la maltraitance, l’inégalité.

Parce que ces sales patrons nous traitaient comme si nous leur appartenions, ils nous envoyaient faire tout le travail dans les haciendas, sans considérer si nous avions enfants, maris ou si nous étions malades. Ils ne nous demandaient pas si nous étions malades. Si nous n’arrivions pas au travail, ils envoyaient leur garçon de ferme ou leur esclave laisser le maïs devant la cuisine pour que nous leur préparions leurs tortillas.

Et ainsi, pendant longtemps, nous avons travaillé dans la propriété du patron. Nous moulions le sel parce que le sel n’était pas comme nous le connaissons maintenant, le sel qu’on achète tout fin, le sel qu’ils utilisaient avant était gros, il faisait de grosses boules et c’était les femmes qui devaient le moudre ; et ils arrivaient pour faire moudre le sel pour le bétail, pour enlever la peau des grains de café quand c’était l’époque de la récolte du café. Si vous entrez à six heures du matin, vous sortez à cinq heures du soir. Toute la journée, la femme doit s’occuper de tous les sacs de café qu’on lui donne à faire.

C’est comme ça que travaillaient les femmes. C’est comme ça qu’elles ont travaillé, maltraitées, à chercher l’eau, et la misère, c’est-à-dire ils lui donnent une misérable paye, ils leur donnent juste une petite poignée de sel ou une petite poignée de café moulu, c’est la paye qu’ils donnent aux femmes.

Et ainsi sont passées des années durant lesquelles les femmes souffraient, et quand parfois nos enfants pleuraient et que nous leur donnions le sein, ils nous criaient dessus, ils se moquaient de nous, nous insultaient physiquement, ils nous disaient que nous ne savions rien, que nous étions inutiles, que nous étions un poids pour eux. Ils ne nous respectaient pas, ils nous traitaient comme si nous étions des objets.

Eux, ils font ce qu’ils veulent aux femmes, ils choisissent les femmes jolies ou les jeunes filles jolies pour qu’elles soient leur maîtresse et abandonnent leurs enfants n’importe où, ça leur est égal que les femmes souffrent, ils les traitent comme si c’était des animaux avec des enfants qui grandissent sans père.

Ils nous vendaient comme si nous étions de la marchandise, pendant tout le temps qu’a duré l’acasillamiento, il n’y a pas eu de répit pour nous les femmes.

Je vais vous parler un peu de l’acasillamiento. L’acasillamiento, c’est quand ils arrivent dans les haciendas ou les fermes, qu’ils arrivent avec toute la famille, et qu’ils y restent, et qu’ils travaillent pour le patron parce que ce sont les hommes qui sèment le café, qui le nettoient, qui le récoltent, ils doivent aussi nettoyer les enclos, semer le fourrage, tout ça, travailler le champs de maïs, la culture des haricots, mais tout ça pour le patron ; c’est le travail que font les hommes.

Mais il y a en plus autre chose dont je peux vous parler, quelque chose comme l’acasillamiento, en plus, il y a ceux qu’on appelle domestiques ou esclaves, qui de toute façon vont rester pour toujours dans l’exploitation, des femmes et des hommes. Mais ces hommes et ces femmes qui sont esclaves ou domestiques, qui restent dans l’exploitation, sont des hommes et des femmes qui parfois n’ont pas de famille. Une famille arrive à l’exploitation juste pour travailler et parfois le papa, la maman tombent malades et ils meurent, et les enfants orphelins restent et le patron prend ces enfants et ils grandissent là, dans l’hacienda. Et que font ces enfants ? Parce qu’il ne les garde pas comme fils adoptifs mais comme esclaves. Ces enfants grandissent et il leur donne du travail, si le patron à des animaux de compagnie, enfin, il a des animaux de compagnie, que ce soit un chien, un singe, ou n’importe quelle sorte d’animal, il les confie à son domestique et il doit s’en occuper. Où va le singe, le domestique doit aller, il doit s’en occuper, il doit le laver, il doit nettoyer l’endroit où il dort, c’est comme ça que ça se passe.

Et ensuite, quand le patron faisait une fête, autrefois les curés venaient dans les grandes haciendas et ils baptisaient leurs enfants, ou célébraient leurs anniversaires, ou le mariage de leurs filles, ce sont les curés qui les mariaient. Et puis ensuite ils font des repas tous ensemble et ces rats demandaient de garder la porte pendant qu’eux faisaient la fête, célébrant entre compadres, entre amis, tout ça, pendant que le domestique garde la porte, il ne laisse même pas rentrer un chien là où ils festoient. Il doit y être toute la journée, tout le temps que dure la fête du patron.

Et les femmes esclaves ce sont elles qui préparent à manger, qui lavent la vaisselle, qui s’occupent de l’enfant du patron ou qui s’occupent des enfants de ses convives.

C’est comme ça que vivent les gens dans les haciendas, et il ne faut pas croire qu’il leur donne de ce qu’il y a à manger à la fête, ils ont du pozol s’il y a du pozol, des haricots s’il y a des haricots, ce qu’ils ont l’habitude de manger pendant que les patrons mangent de bonnes choses, mais seulement avec leurs amis.

Et ensuite, quand le patron veut aller en ville, de son hacienda à la ville il faut marcher pendant 6 jours, et le domestique le suit, ou si les patrons ont des enfants qui parfois sont invalides, le domestique doit porter l’enfant du patron jusqu’à la ville. Et si la patronne veut retourner à son hacienda, le domestique doit retourner jusque là-bas et de nouveau porter son enfant.

Et c’est comme pour la récolte du café avec tout ce qu’ils cultivent dans l’hacienda, et ce même domestique doit être attentif aux mules, avec les mâles, je ne sais pas si vous vous y connaissez en chevaux, ils doivent seller, desseller le cheval du patron, garder le bétail et apporter le chargement jusqu’à la ville où vit le patron. S’il vit à Comitán, les domestiques doivent aller jusqu’à Comitán, ils partent de l’hacienda et ils doivent y aller parce qu’on leur a dit qu’ils étaient muletiers. Et c’est ainsi qu’à cette époque ont souffert beaucoup d’hommes et de femmes esclaves.

S’il y a des arbres fruitiers dans l’hacienda, s’ils grimpent dedans pour cueillir des fruits, ils ne les laissent pas les cueillir, ils les font descendre à coup de fouet, je ne sais pas si vous imaginez, à coup de fouet, ils le frappent. Le domestique n’a pas le droit de cueillir des fruits sans la permission du patron parce que tout ce qu’il récolte, il doit l’emmener à la ville. C’est ainsi qu’ont souffert les hommes et les femmes.

Après tant de souffrances des femmes ou tant d’exploitation de l’acasillamiento, les hommes se sont rendus compte de comment ils maltraitaient leurs femmes. Certains ont pensé qu’il valait mieux partir de l’hacienda en acasillamiento. Un par un, ils sont partis et ils se sont réfugiés dans les montagnes parce qu’il y avait toujours les collines, les propriétaires terriens ne s’étaient pas accaparés les collines, ils les avaient laissées, et c’est là-bas qu’ils se sont réfugiés.

Après que certains soient partis dans les montagnes, il est passé un certain temps et ils se sont rendu compte qu’il valait mieux se rassembler et former une communauté, c’est alors que d’autres ont recommencé à gagner les montagnes. Ils se sont rassemblés, ils ont discuté et ils ont formé une communauté dans laquelle ils pouvaient vivre. C’est comme ça qu’ils ont formé la communauté.

Mais une fois installés dans les communautés, comme le patron, ou autrement dit comme l’acasillado a une autre vision, les hommes, comme ils ont travaillés avec le patron, ils sont chargés de mauvaises idées, et ils les appliquent à la maison, comme des petits chefs. Ce n’est pas vrai que les femmes se sont libérées, ce sont les hommes qui sont devenus les petits chefs de la maison.

Et une fois de plus, les femmes ont du rester à la maison comme si c’était une prison, pour que les femmes ne sortent pas une nouvelles fois, elles se sont trouvées enfermées à nouveau.

Dès la naissance, nous ne sommes pas les bienvenues dans ce monde parce que nous sommes des femmes, parce que c’est une petite fille qui est née, on ne nous aime pas. Mais si c’est un garçon qui naît, les hommes font la fête, ils sont content parce que c’est un garçon. En fait, ils ont une mauvaise habitude qu’ils tiennent des patrons. Une habitude qui dure depuis tant de temps. Et après, quand les femmes naissent, on les considère comme inutiles par contre, si c’est un garçon, lui il va pouvoir travailler.

Mais la bonne chose, celle qu’ils ont faite, c’est qu’ils ne se sont pas séparés et qu’ils ont formé la communauté, ils ont commencé à nommer des représentants de la communauté et ils ont commencé à faire de réunions, ils ont passé du temps ensemble. Ce qui est bien, c’est qu’ils n’ont pas laissé tomber cette idée, ils ne l’ont pas laissée tomber, au contraire, ils l’ont encouragée. Les patrons et la conquête ont voulu faire disparaître leur culture, mais ils n’ont pas réussi car les communautés se sont formées.

Mais les hommes sont ceux qui dirigent à la maison, et les femmes sont celles qui obéissent aux ordres. Et s’il te dit que tu vas te marier, tu vas te marier, c’est-à-dire qu’on ne va pas te demander si tu veux te marier, ou pas, avec l’homme qui vient te demander, parce que le papa a déjà bu « le coup », autrement dit, avant, il a déjà bu le verre qui t’oblige à partir avec l’homme que tu ne veux pas.

C’est ainsi que nous souffrons ensuite avec nos époux parce qu’ils disent que les femmes ne servent qu’à faire la cuisine, qu’elles ne servent qu’à servir leur mari et s’occuper des enfants. Et comme les hommes ne prennent même pas leurs enfants dans leurs bras, autrement dit, ils n’aident pas les femmes, il te donne juste un enfant, après ça lui est égal comment tu vas t’en occuper. Et comme on dit parfois nous les femmes -je vais vous dire vraiment ce qu’il s’est passé pendant des années- chaque année il naît un bébé, chaque année et demie il naît un bébé, en fait les enfants grandissent en se suivant, un an ou un an et demi plus tard il y en a déjà un autre, comme ça, comme de petites échelles, ils grandissent. Mais le papa ne se préoccupe pas de si la femme souffre parce qu’elle doit aller chercher du bois, parce qu’elle doit cultiver le champ de maïs, parce qu’elle doit nettoyer la maison, balayer, s’occuper des animaux, laver le linge, s’occuper des enfants, changer les couches, tout ça, tout ça c’est le travail des femmes.

C’est pour ça que nous disons que nous souffrons la triple exploitation de la femme, parce que la femme doit être dès trois ou quatre heures du matin à la cuisine, selon combien d’heures l’homme met pour se rendre travail, il faut qu’elles se lèvent tôt pour préparer le pozol, le café, le petit-déjeuner de l’homme. L’homme part travailler, il revient dans l’après-midi, il veut que la réserve d’eau soit pleine, que son bain soit prêt ; l’homme se douche, il part se promener et jouer, la femme doit rester de nouveau toute la journée à la maison, en attendant la nuit puisqu’elle n’a toujours pas pu se reposer, à huit heures elle peut aller se coucher.

Et c’est comme ça que nous avons beaucoup souffert. L’homme ne s’inquiète pas de si tu es malade, de comment tu te sens, il ne te le demande pas. C’est comme ça que ça s’est passé. C’est comme ça qu’elles vivaient en réalité, ainsi ont vécu les femmes, nous ne mentons pas parce que nous savons ce qu’elles l’ont vécu.

Et aussi quand ils vont à l’église ou dans un centre de cérémonie où ils font la fête, les femmes aussi y vont, parfois, mais en se cachant le visage. C’est-à-dire que tu ne dois pas lever la tête, tu dois marcher comme ça, à genou, sans regarder autour de toi, en te couvrant la tête comme ça avec ton châle, pour que ton visage se voie juste comme cela.

Et pendant longtemps l’homme a traîné ces mauvaises idées, ces mauvais apprentissages. C’est comme ça que ça s’est passé compañeros. Comme si nous n’étions rien. Comme si seuls les hommes pouvaient avoir l’autorité, comme si seuls eux pouvaient sortir dans les rues et participer à la vie de la communauté.

Il n’y avait pas d’école. Puis, dans certaines communautés, il y a eu des écoles mais nous n’y sommes pas allées non plus car nous sommes des femmes, ils ne nous laissent pas aller à l’école parce qu’ils disent que nous n’y allons que pour chercher un mari, et qu’il vaut mieux qu’on apprenne à travailler à la cuisine puisque de toute façon nous allons avoir un mari et qu’il faut donc tout apprendre pour pouvoir le servir.

Et quand il nous frappe, quand notre époux nous insulte, on ne peut pas se plaindre. Et si on demande de l’aide aux institutions du mauvais gouvernement, c’est pire, parce qu’ils soutiennent les hommes, ils leur donnent raison et nous, nous restons muettes, humiliées, honteuses d’être femme.

Nous n’avions pas le droit de participer aux réunions parce qu’ils disent que nous sommes idiotes, inutiles, que nous ne servons à rien. Ils nous laissaient à la maison. Nous n’avions aucune liberté.

Et personne ne s’occupait de la santé bien qu’il y avait des cliniques, des hôpitaux du mauvais gouvernement, en fait on ne s’occupait pas de nous parce que nous ne parlions pas l’espagnol et nous retournions chez nous et souvent beaucoup de femmes et d’enfants mourraient de maladies guérissables parce que de toute façon nous ne sommes rien pour eux, ils nous discriminent parce que nous sommes indigènes, ils nous disent que nous sommes des indiens va-nu-pieds, qu’on ne peut pas entrer ni dans les cliniques, ni dans les hôpitaux, ils ne nous le permettent pas, ils ne s’occupent que des gens qui ont de l’argent.

Tout ça nous l’avons souffert en personne Pendant des années, nous n’avons jamais eu l’opportunité de dire ce que nous ressentions, à cause des enseignements des conquistadors et des mauvais gouvernements.

C’est tout, compañeros. L’autre compañera continue.

Share

No hay comentarios »

No hay comentarios todavía.

RSS para comentarios de este artículo.

Deja un comentario

Notas Importantes: Este sitio web es de la Comisión Sexta del EZLN. Esta sección de Comentarios está reservada para los Adherentes Registrados y Simpatizantes de la Sexta Declaración de la Selva Lacandona. Cualquier otra comunicación deberá hacerse llegar por correo electrónico. Para evitar mensajes insultantes, spam, propaganda, ataques con virus, sus mensajes no se publican inmediatamente. Cualquier mensaje que contenga alguna de las categorías anteriores será borrado sin previo aviso. Tod@s aquellos que no estén de acuerdo con la Sexta o la Comisión Sexta del EZLN, tienen la libertad de escribir sus comentarios en contra en cualquier otro lugar del ciberespacio.


Archivo Histórico

1993     1994     1995     1996
1997     1998     1999
2000     2001     2002     2003
2004     2005     2006
2007     2008     2009     2010
2011     2012     2013
2014     2015     2016     2017

Comunicados de las JBG Construyendo la autonomía Comunicados del CCRI-CG del EZLN Denuncias Actividades Caminando En el Mundo Red nacional contra la represión y por la solidaridad Artículos