lista de correosrecibe automaticamente las actualizaciones a tu correosiguenos en tuitersiguenos en facebook

enlaceZapatista

Palabra del Ejército Zapatista de Liberación Nacional

Nov172014

Parole de la commandance Générale de l’EZLN par la voix du Sous Commandant Insurgé Moisés terminant l’acte avec la caravane des familles et des étudiants d’Ayotzinapa, dans le Caracol d’Oventik, 15 novembre 2014.

Mères, Pères et familles de nos frères assassinés et disparus à Iguala, Guerrero:

Etudiants de l’Ecole Normale “Raul Isidro Burgos” d’Ayotzinapa, Guerrero:

Frères et sœurs:

Nous vous remercions de tout cœur que vous nous ayez donné votre parole.

Nous savons que pour pouvoir nous apporter cette parole directe, sans intermédiaires, sans interprétations lointaines, vous avez du voyager beaucoup d’heures et souffrir de la fatigue, de la faim, et de songes.

Nous savons aussi que pour vous ce sacrifice fait parti du devoir que vous sentez.

Le devoir de ne pas abandonner les Companeros disparus par les mauvais gouvernement, de ne pas les vendre, de ne pas les oublier.

C’est pour ce devoir que vous avez débuté votre lutte, bien qu’on ne vous prenait pas en compte du tout, et les frères aujourd’hui disparus, étaient catalogués comme “chauves”, “novices”, “rebelles”, “futurs délinquants qui le méritaient”, “drogués”, “radicaux”, “banlieusard”, “agitateurs”.

Ainsi les ont appelé beaucoup de ceux qui maintenant s’accumulent autour de votre digne rage par mode, ou par convenence, alors qu’avant ils voulaient blâmer la Normale Raul Isidro Burgos des malheurs.

Il y a toujours quelques uns, là haut, qui continuent d’essayer, voulant distraire ainsi et cacher le vrai coupable.

Pour ce devoir vous avez commencé à parler, crier, expliquer, conter, à user la parole avec colère, avec digne rage.

Aujourd’hui dans la montagne de paroles creuses que d’autres jettent sur votre digne cause, aujourd’hui se battent pour savoir qui a fait que vous soyez connus, écoutés, compris, enlacés.

Peut être ne vous l’a t-on pas dit, mais ça a été vous, les familles et companeros des étudiants morts et disparus qui ont trouvé, avec la force de votre douleur, et de cette douleur convertie en rage digne et noble que beaucoup, au Mexique et dans le Monde, se réveillent, demandent et questionnent.

Pour cela nous vous donnons les mercis.

Non seulement pour nous avoir honorés d’amener vos paroles jusqu’à nos ouïes, humbles comme nous sommes, sans impact médiatique, sans contacts avec les mauvais gouvernements, sans capacité ni connaissances pour les accompagner, épaule contre épaule, dans l’incessant va et vient, cherchant vos êtres chéris qui le sont dorénavant par des millions qui ne les connaissaient pas, sans les paroles suffisantes pour vous consoler, vous soulager,vous donner espoir.

Aussi, et par dessus tout, nous vous disons merci pour votre héroïque détermination, votre sage entêtement de nommer les disparus face aux responsables de vos malheurs, de demander justice face à la fierté du puissant, d’enseigner la rébellion et la résistance face au conformisme et au cynisme.

Nous voulons vous donner les grâces pour les enseignements que vous nous avez donnés et que vous nous donnez.

C’est terrible et merveilleux que les familles et les étudiants pauvres et humbles qui aspirent à être professeurs, se soient convertis comme les meilleurs professeurs qu’ont vu les cieux de ce pays dans les dernières années.

Frères et Sœurs:

Votre parole a été et est pour nous une force.

C’est comme si vous nous aviez donné un aliment, aussi loin que nous sommes, bien que nous ne nous connaissions pas, bien que nous séparent les calendriers et les géographies, c’est à dire le temps et la distance.

Et aussi nous vous remercions car maintenant nous voyons nous écoutons et nous lisons que d’autres essayent de bloquer votre parole dure, forte, ce qui est le cœur de douleur et rage qui a tout lancé.

Et nous, nous voyons, écoutons et lisons que maintenant on parle de portes qui n’importaient personne avant.

Oubliant, qu’il y a longtemps, ces portes étaient là pour signaler à ceux d’en dehors, que pour rien ils étaient pris en compte dans les décisions qui se prenaient dedans.

Oubliant que maintenant ces portes font seulement parti d’une coquille inutilisable, où se simule la fierté et où il y a seulement asservissement et soumission.

Oubliant que ces portes donnent seulement sur un grand centre commercial où le peuple d’en dehors n’entre pas, et où se vendent les pièces cassés de ce qui fut, une fois, la Nation Mexicaine.

A nous, ces portes nous importent guère.

Ni même ça nous importe qu’ils les brûlent, qu’ils les adorent, ni s’ils la voient avec rage ou avec nostalgie ou avec désir.

Nous, ce qui nous importe ce sont vos paroles.

Votre rage, votre rébellion, votre résistance.

“Car là-bas en dehors, ça parle, ça discute, ça débat, que si la violence ou la non violence, laissant de coté que la violence s’assoie tous les jours autour de la table”

Car là bas en dehors, ça parle, ça discute, ça débat, que si la violence ou la non violence, laissant de coté que la violence s’assoie tous les jours autour de la table des autres, marche avec elles et eux, au travail, à l’école, rentre avec elles et eux à la maison, dort avec elles et eux, se fait cauchemar qui est rêve, et réalité sans compter l’age, la race, le genre, la langue ou la culture.

Et nous écoutons, voyons et lisons que là bas en dehors ils discutent les différences de droite et de gauche, à qui nous quittons pour voir qui nous allons mettre.

Et on oubli ainsi que le système politique entier est pourri.

Que ce n’est pas qu’il a des relations avec le crime organisé, avec le narcotrafic, avec les harcèlements, les agressions, les viols, les coups, les prisons, les disparitions, les assassinats, sinon que tout ça fait partie de son essence.

Parceque on ne peut pas parler de la classe politique et la différencier des cauchemars dont souffrent des millions dans ces sols.

Corruption, impunité, autoritarisme, crime organisé ou désorganisé, ils sont déjà dans les emblèmes, les statuts, les déclarations de principes et la pratique de toute la classe politique mexicaine.

Nous, nous ne nous soucions pas des quand dira-t-on, les accords et désaccords que ceux d’en haut ont pour décider qui se charge maintenant de la machine de destruction et de mort, en quoi c’est converti l’Etat Mexicain.

Nous nous soucions de vos paroles.

Votre rage, votre rébellion, votre résistance.

Et nous voyons, lisons et écoutons que là bas, en dehors, ils discutent des calendriers, toujours les calendriers d’en haut, avec leur dates trompeuses qui cachent les oppressions dont nous souffrons aujourd’hui.

Parcequ’il s’oublie que derrière de Zapata et de Villa se cachent ceux qui restent: Los Carranza, Obergon, Calles et la large liste de noms qui, sur le sang de ceux qui firent comme nous, allonge la terreur jusqu’à nos jours.

Nous nous soucions de vos paroles,

Votre rage, votre rébellion, votre résistance.

Et nous lisons, écoutons et voyons que là-bas en dehors, ils discutent de tactiques et stratégies, les méthodes, le programme, le que faire, qui dirige qui, qui commande, où va -t-on.

Et il s’oublie que les demandes sont simples et claires: ils doivent apparaître en vie tous et toutes, non seulement ceux d’Ayotzinapa; il faut punir les coupables de tout le spectre politique et de tous les niveaux, et il faut faire le nécessaire pour que plus jamais recommence l’horreur contre qui que ce soit de ce monde, bien que ce ne soit pas une personnalité, ou quelqu’un de prestige.

“Personne ne pense à nous, les pauvres d’en bas (…) ils font semblant d’être là, pour voir ce qu’ils vont prendre”

Nous nous soucions de vos paroles,

Votre rage, votre rébellion, votre résistance.

Dans ces paroles nous écoutons dire et nous dire que personne ne pense à nous, les pauvres d’en bas.

Personne, absolument personne ne pense à nous.

Ils font semblant d’être là, pour voir qu’est ce qu’ils vont prendre, combien on croît, qu’est ce qu’ils gagnent, qu’est ce qu’ils font payer, qu’est ce qu’ils font, qu’est ce qu’ils défont, qu’est ce qu’ils disent, qu’ils se taisent!

Cela fait quelques jours, dans les premiers jours d’octobre, quand à peine on allait commencé à entendre l’horreur de ce qu’il se passait, nous vous avions envoyé quelques paroles.

Petites comme sont nos paroles depuis longtemps.

Peu de paroles car la douleur ne trouve aucune parole suffisante qui lui parle qui lui explique qui la soulage, qui la soigne.

Donc nous avions dit que vous n’étiez pas seuls.

Mais avec ça, non seulement nous vous disions que nous vous appuyions, mais, bien que loin, votre douleur était notre, comme notre, est votre digne rage.

Oui, nous vous avons dit ça, mais pas seulement ça.

Nous avons aussi dit que dans votre douleur et dans votre rage vous n’étiez pas seuls car des milliers d’hommes de femmes, d’enfants et anciens connaissent dans leur propre chaire, ce cauchemar.

Vous n’êtes pas seuls soeurs et frères.

Cherchez vos paroles aussi dans les familles des garçons et filles assassinés dans la garderie ABC à Sonora, dans les organisations pour les disparus à Coahuila, dans les familles des victimes innocentes de la guerre, depuis le début perdue, contre le narcotrafic; dans les familles des milliers de migrants éliminés tout le long du territoire mexicain.

Cherchez dans les victimes quotidiennes qui, dans tous les coins de notre pays, savent que l’autorité légale est qui la frappe, annihile, vole, séquestre, extorsionne, viole, enferme, assassine, et parfois avec les vêtements d’une organisation criminelle et parfois comme gouvernement légalement constitué.

Cherchez dans les peuples originaires qui, depuis avant que le temps soit temps, chérissent la sagesse pour résister et qui ne connaissent pas plus de douleur et de rage.

Cherchez le Yaqui et en vous, vous le trouverez,

Cherchez le Nahua et vous verrez que leur parole est accueillante.

Cherchez le Ñahtó et le miroir sera mutuel.

Cherchez à ceux qui ont levé ces terres et avec leur sang ont donné vie a cette Nation, bien avant qu’ils l’appellent “Mexico”, et vous saurez qu’en bas la parole est pont qui croise, sans peur.

C’est pour ça que votre parole a de la force.

Dans vos paroles à vous des millions se sont vus reflétés.

Beaucoup le disent, bien que la majorité le taise, mais ils font leur votre demande et en leur intérieur répètent vos paroles.

Ils s’identifient à vous, avec votre douleur et avec votre rage.

Nous savons que beaucoup vous demande, beaucoup vous exige, beaucoup vous réclament, qu’ils veulent que vous les ameniez jusqu’à un destin ou jusqu’à autre chose, qu’ils veulent vous utiliser, qu’ils veulent vous commander.

Nous savons que c’est beaucoup de bruit qu’on vous envoie.

Nous ne voulons pas être un bruit de plus.

Nous voulons seulement vous dire de ne pas laisser tomber votre parole

Ne la laissez pas tomber,

Ne la faite pas s’évanouir

Faites la croître pour qu’elle se lève au dessus du bruit et du mensonge.

Ne l’abandonnez pas car en elle marche non seulement la mémoire de vos morts et disparus mais aussi elle fait marché la rage de ceux qui sont en bas maintenant, pour qu’ils soient ceux d’en haut.

 

Sœurs et frères,

Nous pensons que peut être vous savez qu’il se peut que vous restiez seuls et que vous soyez préparés.

Qu’il se peut que ceux qui maintenant s’accumulent au dessus de vous pour vous utiliser pour leur propre bénéfice, les abandonnent et courent d’un autre côté à chercher une autre mode, un autre mouvement, une autre mobilisation.

“Sur 100 qui vous soutiennent, 50 seront changés par la mode, 30 achèteront l’oubli, 19 fuiront au premier bris de vers”

Nous vous disons ce que nous savons car cela fait partie de notre histoire.

Faites les comptes qu’ils sont 100 ceux qui aujourd’hui vous accompagnent dans vos demandes.

De ces 100, 50 seront changés par la mode qui est au coin du calendrier.

De ces 50 qui restent, 30 achèteront l’oubli qui aujourd’hui s’achètent en paie ou engrais et on dira de vous que vous n’existez plus, que vous n’avez rien fait, que ce fut une farce pour se distraire d’autres choses, que vous furent une invention du gouvernement pour que tel parti ou tel personnage politique n’avance plus.

Des 20 qui restent, 19 fuiront de peur au premier au premier verre cassé, car les victimes d’Ayotzinapa, de Sonora, de Coahuila, et de n’importe quelle géographie, restent dans les médias de communication seulement un moment et peuvent décider, de ne pas voir, ne pas entendre, ne pas lire, tournant la page, changeant de chaîne ou de station, mais une vitre est cassée, en échange, une prophétie.

Et donc, des 100 vous verrez qu’il n’en restera qu’un, une, un-e

Mais ce un, ou une, ou un-e tout comme vous, ne se rendra pas, ne se vendra pas, ne vacillera pas.

Comme part de ce un pour cent, peut être la plus petite, nous sommes et nous serons les zapatistes.

Mais pas seulement.

Il y a beaucoup plus.

Car il se trouve que le peu est peu jusqu’à ce qu’ils se trouvent et se découvrent entre eux.

Alors il se passera quelque chose de terrible et de merveilleux.

Et ceux qui se pensaient peu et seuls, découvriront que nous sommes les majoritaires dans tous les sens.

Et que ce sont d’en haut, ceux qui sont peu en réalité.

Et alors, il faudra changer le monde car ce n’est pas juste que les peu dominent les beaucoup.

Car ce n’est pas juste qu’il y ait des dominants et des dominés.

“Nous comme Zapatistes nous pensons que  les changements qui importent réellement, ceux qui sont profonds, sont ceux qui commencent avec les peu et non avec les beaucoup.”

 

Soeurs et Frères:

Tout ça nous le disons nous, selon nos pensées qui sont nos histoires.

Vous, dans vos propres histoires, vous écouterez beaucoup de pensées de plus, tout comme vous nous donnez l’honneur d’écouter les nôtres.

Et vous avez le savoir pour prendre ce que vous voyez bons et jeter ce que vous voyez mauvais de ces pensées.

Nous, comme Zapatistes nous pensons que les changements qui importent réellement, ceux qui sont profonds, ceux qui font d’autres histoires, sont ceux qui commencent avec les peu et non avec les beaucoup.

Mais nous savons que vous savez que bien que Ayotzinapa soit passé de mode, que bien que les grands plans, les stratégies et les tactiques, ne marchent pas, que malgré que passent les conjonctures et que d’autres intérêts et forces deviennent à la mode, que bien que s’en aillent ceux qui aujourd’hui s’attroupent autour de vous comme des animaux de charogne qui prospéreront sur cette douleur étrangère, bien que tout cela passe, vous et nous, savons qu’il y a dans tous les coins une douleur comme la notre, une rage comme la notre, et une détermination comme la notre.

Nous comme zapatistes que nous sommes, nous vous invitons à ce que vous alliez à ces douleurs et à ces rages.

Cherchez les, trouvez les, respectez les, parlez leur et écoutez les, échangez les douleurs.

Car nous savons que quand des douleurs différentes se rencontrent, elles ne germent pas en résignation, blessures ou abandon, sinon en rébellion organisée.

Nous savons que dans votre cœur à vous, indépendamment de vos croyances et de vos idéologies et organisations politiques, la demande de justice vous motive.

Ne vous cassez pas.

Ne vous divisez pas, pour pouvoir allez plus loin

Et par dessus tout, n’oubliez pas que vous n’êtes pas seuls

 

Sœurs et frères,

Avec nos petites forces, mais avec tout notre cœurs, nous avons fait et ferons le possible pour appuyer votre juste lutte.

Notre parole n’est pas grand chose, car nous avons vu qu’il y a beaucoup d’intérêt, des politiques d’en haut, de premier rang qui veulent vous utiliser à leur goût et convenance, et nous ne nous rajoutons pas et ne nous rajouterons pas au vol rapace d’opportuniste sans honte, à qui n’importe qu’apparaissent envie ceux qui aujourd’hui nous manquent, sinon mettre de l’eau au moulin de leur ambition.

Notre silence a signifié et signifie le respect car la taille de votre lutte est géante.

C’est pour ça, en silence ont été nos pas pour vous faire savoir que vous n’êtes pas seuls, pour que vous sachiez que vous douleur est notre et notre aussi est votre digne rage.

C’est pour ça que nos petites lumières se sont allumées là où personne ne peut les compter, autre que nous.

“Nous nous pensons que les conjonctures qui transforment le monde ne naissent pas des calendriers d’en haut, sinon qu’elles sont créées par le travail quotidien, têtu et continu de ceux qui décident de s’organiser au lieu d’adhérer à la mode en cours.”

Ceux qui voient comme peu de chose cet effort, ou l’ignorent, et nous réclament ou exigent que nous parlions, que nous déclarions, que nous ajoutions du bruit au bruit, se sont des racistes qui dévalorisent ce qui n’apparaît pas en haut.

Car ce qui est important c’est que vous sachiez que nous vous soutenons, mais c’est aussi important que nous sachions que vous soutenez une cause juste, noble et digne, tout comme l’est ce qui motive votre caravane dans tout le pays.

Car ça, savoir que nous appuyons un mouvement honnête, pour nous c’est aliment et espoir.

Ce serait mauvais qu’il n’y ait aucun mouvement honnête et que dans tout le long d’en bas que nous sommes on aurait répliqué une farce grotesque d’en haut.

Nous pensons que ceux qui parient sur un calendrier d’en haut ou une sur une date clés, les abandonneront quand une nouvelle date apparaîtra à l’horizon.

Menés par le bout du nez par une conjoncture dont ils ne sont responsables, et qu’au début ils dévalorisaient, ils attendent que “les masses” leur ouvrent le chemin au Pouvoir et qu’un nom change un autre nom en haut alors qu’en bas rien ne change.

Nous nous pensons que les conjonctures qui transforment le monde ne naissent pas des calendriers d’en haut, sinon qu’elles sont créées par le travail quotidien, têtu et continu de ceux qui décident de s’organiser au lieu d’adhérer à la mode en cours.

Certes, il y aura un changement profond, une transformation réelle dans ça, et dans d’autres sols blessés du monde.

Non pas une, mais plusieurs révolutions devront secouer toute la planète.

Mais le résultat ne sera pas un changenement de noms et d’étiquette où celui d’en haut continue d’être en place au détriment de ceux d’en dessous.

La transformation réelle ne sera pas un changement de gouvernement, sinon d’une relation, une relation où le peuple commande et le gouvernement obéit.

Une relation où être gouvernement ne soit pas un business.

Une relation où être femmes, hommes, autres, filles, garçons, anciens, jeunes, travailleurs ou travailleuses, du champ et de la ville, ne soit pas un cauchemar ou un morceau de gibier pour le plaisir et l’enrichissement de gouvernants.

Une relation où la femme ne soit pas humiliée, l’indigène dévalorisé, le jeune disparu, le différent satanisé, l’enfance devenu une marchandise, la vieillesse ferraillée.

Une relation où la terreur et la mort ne règnent pas.

Une relation où il n’y a ni rois, ni sujets, ni maîtres ni esclaves, ni exploiteurs ni exploités, ni sauveurs ni sauvés, ni meneurs ni suiveurs, ni commandants ni commandés, ni bergers ni troupeaux.

“La transformation réelle ne sera pas un changement de gouvernement, sinon d’une relation, une relation où le peuple commande et le gouvernement obéit. ”

Oui, nous savons que ce ne sera pas facile.

Oui, nous savons aussi que ce ne sera pas rapide.

Oui, mais aussi nous savons bien que ce ne sera pas un changement de nom ou et de lettres dans l’édifice criminel du système.

Mais nous savons ce que ça sera.

Et nous savons aussi que vous et tous trouveront vos disparus, qu’il y aura justice, que pour toutes et tous qui ont souffert et souffrent cette peine il y aura le soulagement d’avoir des réponses au pourquoi, quoi, qui, comment, et sur ces réponses, non seulement construire le châtiment aux responsables mais aussi construire le nécessaire pour que ça ne se répète pas et qu’être jeune et étudiant ou femme, ou enfant ou migrant, ou indigène ou quoique ce soit, ne soit pas une marque pour que le bourreau en charge identifie sa prochaine victime.

Nous savons que ce sera ainsi, parceque nous avons écouté quelque chose que nous avons en commun entre beaucoup d’autres choses.

Parceque nous savons que vous et nous nous ne nous vendrons pas, que nous ne nous vacilleront pas et que nous ne nous rendrons pas.

 

Frères et soeurs,

Pour notre part, nous voulons seulement que vous apportiez avec vous cette pensée que nous vous disons du fond de notre coeur collectif:

Merci pour vos paroles, soeurs et frères.

Mais par dessus tout, merci pour votre lutte.

Merci car en le sachant, nous savons qu’on voit enfin l’horizon…

 

Démocratie!

Liberté!

Justice!

Depuis les montagnes du Sud Est Mexicain

Pour le Comité Révolutionnaire Indigène – Commandance Générale de l’Armée Zapatiste de Libération Nationale

 

Sous Commandant Insurgé Moisés.

Mexique, à 15 jours du mois de novembre de 2014, en l’année 20 du début de la guerre contre l’oubli.

Share

No hay comentarios »

No hay comentarios todavía.

RSS para comentarios de este artículo.

Deja un comentario

Notas Importantes: Este sitio web es de la Comisión Sexta del EZLN. Esta sección de Comentarios está reservada para los Adherentes Registrados y Simpatizantes de la Sexta Declaración de la Selva Lacandona. Cualquier otra comunicación deberá hacerse llegar por correo electrónico. Para evitar mensajes insultantes, spam, propaganda, ataques con virus, sus mensajes no se publican inmediatamente. Cualquier mensaje que contenga alguna de las categorías anteriores será borrado sin previo aviso. Tod@s aquellos que no estén de acuerdo con la Sexta o la Comisión Sexta del EZLN, tienen la libertad de escribir sus comentarios en contra en cualquier otro lugar del ciberespacio.


Archivo Histórico

1993     1994     1995     1996
1997     1998     1999
2000     2001     2002     2003
2004     2005     2006
2007     2008     2009     2010
2011     2012     2013
2014     2015    

Comunicados de las JBG Construyendo la autonomía Comunicados del CCRI-CG del EZLN Denuncias Actividades Caminando En el Mundo Red nacional contra la represión y por la solidaridad Artículos